• BOUSSIF

Interview de Abderrahim BOUSSIF

Mis à jour : 6 juin 2018

Entretien avec Abderrahim Boussif à Bruxelles 07/04/2017




Mon père était un grand amateur de musique et il était très lié avec les stars égyptiennes de l'époque comme Farid El Attrache. Mais il a trouvé que musicalement dans les années 50 et 60 le Maroc était bien derrière. En Egypte ou au Liban, ils avaient déjà des studios fantastiques dans les années 60 et une scène musicale florissante avec des orchestres étonnants. Le Maroc n'avait que des ensembles traditionnels très

rudimentaires, mais pas de véritables «stars» ou chanteurs de renom ... Au Maroc tout le monde écoutait des chanteurs égyptiens et libanais. Mon père voulait donc changer cela et il a commencé à développer les moyens d'enregistrer et de publier des artistes. Ce serait un premier pas et cela jetterait les bases d'une industrie musicale marocaine. En plus de cela, il sortait aussi pour enregistrer des artistes folk, des musiciens qui ne seraient connus que très localement. Il les a enregistrées dans leurs villages et préserverait ainsi leur héritage musical.

Le slogan que nous utiliserions était "Boussiphone: source de l'art musical". Cela impliquerait que nous étions à la source des choses et que nous aiderions les choses à s'épanouir. Dans les nombreux cinémas au Maroc nous achèterions de la publicité avant le début du film et notre slogan apparaîtrait à l'écran: "Boussiphone, source de l'art musical". Nous voulions diffuser notre nom et attirer des musiciens afin qu'ils sachent que nous pourrions les enregistrer et les publier. Le mot s'est répandu assez rapidement et les musiciens sont venus. Nous n'étions pas restrictifs quant à qui et ce que nous enregistrerions, donc nous avons aussi travaillé avec des musiciens de Mauritanie d'Algérie, s'ils venaient à nous nous les publierions. Nous avions un étage dans notre maison pour les musiciens de l'étranger seulement et ils vivaient avec nous pendant des semaines comme Si Daty et Mounina. Je me souviens bien qu'une fois que nous avons enregistré Si Daty et Mounina pour la première fois en 1967 et que nous allions au soukh et le jouions aux gens et qu'ils commençaient à pleurer.Ils étaient émus qu'ils pouvaient enfin jouer cette belle musique dans leur maison, encore et encore. Nous avons tellement proliféré qu'à un moment donné je crois que nous avions enregistré au moins une chanson de tous les artistes, musiciens, groupes et comédiens d'Atlas Berber!

En 1967, nous avons importé le premier pressoir à disques d'Europe et nous avons appelé l'usine Africson. Il faisait partie des "Moroccan Sound Industries": nous avions un studio, nous pouvions appuyer sur les disques et les manches. Nous avions 4 camions avec des haut-parleurs pour livrer tous les disques partout au Maroc. Quand il y a eu une bonne récolte, nous avons pressé plus de disques et nous avons enregistré plus de chansons parce que les gens étaient heureux, ils avaient de l'argent et ils voulaient faire la fête et être joyeux, alors ils ont acheté plus de disques. Nous contrôlions l'ensemble des activités. Une entreprise que nous avons créée à partir de rien.

Notre famille était bien nantie quand nous étions jeunes et quand mon père a arrêté son entreprise, nous avons pris le relais. Nous étions 5 frères, 2 restés à Casablanca, 2 à Paris et je suis venu à Bruxelles. De cette façon, les affaires étaient divisées et nous contrôlions chacun notre «territoire». C'était vers 1969.

Ici, à Bruxelles, nous avions 2 magasins. Nous avons eu une manière très efficace de travailler: j'ai reçu les maîtres du Maroc, je l'ai envoyé à l'usine locale de pressage de cassettes, j'ai imprimé les pochettes et je les ai vendues dans les 2 magasins ici à Bruxelles. Tout a été fait correctement et nous avons déclaré tous les artistes à l'organisation belge des droits d'auteur. Mon frère à Paris a fait la même chose, la seule différence était qu'à Paris la plupart des Marocains viennent du sud alors qu'en Belgique et à Bruxelles, la plupart des Marocains viennent du nord du Maroc. Selon la région au Maroc ils viennent d'avoir leurs artistes préférés. Les titres que je vendrais des milliers à Bruxelles mon frère à Paris n'en vendraient que quelques centaines et vice versa.

En plus des artistes du Maroc, j'enregistrais aussi mes propres productions avec des artistes locaux. Je louerais du studio dans un studio appelé "Action Video" à Sint-Gilles et je ferais moi-même les enregistrements. Je le ferais avec des cassettes audio et des cassettes VHS. Nous avons eu tous les grands artistes marocains ici à Bruxelles pour enregistrer: Lemchaheb, Nass El Ghiwane, Cheb Mami, Cheb Khaled....

L'autre façon était d'envoyer un éclaireur avec un chéquier au Maroc et de faire des affaires avec tous les artistes qui m'intéressaient. Je les ai envoyés dans un studio au Maroc ou je les ai amenés en Belgique pour enregistrer ici.


Pour promouvoir ces sorties, j'ai organisé de grandes soirées de Gala dans les grandes salles de concert ici à Bruxelles (AB, Botanique, Lumen ...) avec les stars du Maroc. Ces nuits à Bruxelles ont été commencées en 1975 par mon père. J'ai fait des affiches et acheté du radiotime pour le promouvoir. Chaque produit que nous avons fait porter le nom des boutiques de Bruxelles, Paris et Casablanca. Nous avons donc eu une grande publicité. Nous avions une stratégie d'entreprise solide.


Plus tard dans les années 80, nous avons même commencé à faire des films berbères. En 1983, nous avons commencé à faire des cassettes vidéo. Une fois l'industrie du disque vinyle terminée, nous avons vendu les presses et, là où il y avait une usine de disques, nous avons construit un grand studio de cinéma. La première vidéo que nous avons faite s'appelait "Leyeli Atlas" ou "Atlas night". Après cela, plus de 5000 titres ont suivi. Ici en Belgique, les gens n'avaient pas accès aux films marocains ou à d'autres images visuelles. Les gens n'avaient pas d'antennes paraboliques et même la radio était limitée. Donc, s'ils voulaient quelque chose de leur patrie, ils devaient passer par moi et je leur fournirais des cassettes. Nous avons loué et vendu les vidéos. Nous avions ce qu'ils voulaient si c'était les Berbères du Rif, du sud ou du moyen Atlas! Nous avions tout!

Je pense que le catalogue Boussiphone est notre patrimoine, nous devrions le protéger! Si nous ne le gardons pas en vie, il périra et disparaîtra. Dommage que le ministère de la culture marocain n'investisse pas pour aider à maintenir ce patrimoine culturel marocain. Nous leur donnons gratuitement s'ils veulent le conserver dans le bon sens!

sources : https://boussiphone.wordpress.com/blog/

Capture d’écran 2018-06-18 à 21.57.43.pn

Suivez-nous

  • Noir Facebook Icône
  • Noir Icône Instagram
  • Places Google Icône Noir

Paiement 100% sécurisé par carte bancaire et Paypal

Copyright © 2020 by Mamounia SARL - Tous droits réservés - Mentions légales